Sant Estève d'en Tiniá : Diferéncia entre versions

== Istòria ==
 
{{Apertium|fr...}}
Nomenat « sancti stephani tinænsis » pels primièrs crestians. Una charte datada de 1066 permet d'afirmar #qu'un vilatge del nom de “''Sancti Stephani Tiniensi''” existís e las siás tèrras an #èsser cedidas a la catedrala de Niça. Es a la XVII{{e}} sègle que lo vilatge pren lo sieu nom actual, de contunh a la XIX{{e}} sègle fins en 1860 nomenat « Santo-Stefano Monti » pels [[italian|Italians]], Sant-Étienne-de-Tinée a conegut una longa istòria.
 
Lo pòble e las siás tèrras an fach partida de la distincion de las Thorame-Glandevès, de contunh a las Faucon de [[Glandevès]] a la XIII{{e}} sègle, e a la XIV{{e}} sègle als [[Balb]] de Sant-Salvador.
Coma la rèsta de #çò que venguèt lo [[Dédition de Niça a la Savoie|comtat de Niça]], a partir de [[1388]], lo pòble dépendait dels [[comtes de Savoie]], de contunh ducs de Savoie abans de far part del [[Reialme de Piémont-Sardenha]] (coma l'ensems del [[comtat de Niça]]) abans lo sieu rattachement a la [[França]] en [[1860]]. S'i viviá replegat sus se-quitament, en rason de las connexions fòrça malaisits amb las vallées vesinas e amb lo littoral.
 
En 1594, una tropa de huguenots comandada per [[François de Bòna de Lesdiguières|Lesdiguières]] s'apodera de la vallée de la Tinée. Lo comte de [[Annibal Grimaldi|Beuil]], governador del comtat de Niça, reacciona e s'apodera del pòble. Fa cremar la glèisa ont s'èran de refugiadas tropas protestantes lo 19 de julhet [[1594]]. Lo fuòc se transmet als tets en bardeaux dels ostals los mai prèpas, de contunh a la rèsta del pòble. Sòl lo campanal en datant de 1492 a resistit a las flamas.
 
A partir [[1900]], lo élargissement de las rotas e l'aparicion de l'automobila #permetre dins lo pòble de se desvolopar. N'en agost 1929 un terrible incendi #destruir una granda part de Sant-Étienne-de-Tinée. Lo pòble pas #dever la siá renaissance #qu'a una souscription lançada en totas las municipalitats de França e al dynamisme de lo sieu cònsol Maurici Rovery. En reconeissença d'aquela souscription, la una de las principalas artèries del pòble se nomena "Carrièra de las Municipalitats de França".
 
{{Original|fr}}
Nommé « sancti stephani tinænsis » par les premiers chrétiens. Une charte datée de 1066 permet d'affirmer qu'un village du nom de “''Sancti Stephani Tiniensi''” existe et ses terres ont été cédées à la cathédrale de Nice. C'est au XVII{{e}} siècle que le village prend son nom actuel, puis au XIX{{e}} siècle jusqu'en 1860 nommé « Santo-Stefano Monti » par les [[italien|Italiens]], Sant Estève de Tiniá a connu une longue histoire.
 
Le village et ses terres ont fait partie de la seigneurie des Thorame-Glandevès, puis aux Faucon de [[Glandevès]] au XIII{{e}} siècle, et au XIV{{e}} siècle aux [[Balb]] de Saint-Sauveur.
Comme le reste de ce qui allait devenir le [[Dédition de Nice à la Savoie|comté de Nice]], à partir de [[1388]], le village dépendait des [[comtes de Savoie]], puis ducs de Savoie avant de faire partie du [[Royaume de Piémont-Sardaigne]] (comme l'ensemble du [[comté de Nice]]) avant son rattachement à la [[France]] en [[1860]]. On y vivait replié sur soi-même, en raison des liaisons très difficiles avec les vallées voisines et avec le littoral.
 
En 1594, une troupe de huguenots commandée par [[François de Bonne de Lesdiguières|Lesdiguières]] s'empare de la vallée de la Tinée. Le comte de [[Annibal Grimaldi|Beuil]], gouverneur du comté de Nice, réagit et s'empare du village. Il fait brûler l'église où s'étaient réfugiées des troupes protestantes le 19 juillet [[1594]]. Le feu se transmet aux toits en bardeaux des maisons les plus proches, puis au reste du village. Seul le clocher datant de 1492 a résisté aux flammes.
 
À partir [[1900]], l'élargissement des routes et l'apparition de l'automobile permit au village de se développer. En août 1929 un terrible incendie détruisit une grande partie de Saint-Étienne-de-Tinée. Le village ne dut sa renaissance qu'à une souscription lancée dans toutes les communes de France et au dynamisme de son maire Maurice Rovery. En reconnaissance de cette souscription, l'une des principales artères du village se nomme "Rue des Communes de France".
 
 
== Administracion ==
71 521

cambiaments